Economie

Données économiques et environnementales

 
 

Le territoire de la Corrèze présente des atouts majeurs  :

  • Il est façonné par l’agriculture
  • Il est attractif du point de vue touristique
  • Il est synonyme de qualité de l'environnement

A - Répartition de la population active selon la catégorie socioprofessionnelle

Population active : 106 707 ( INSEE 2009 )

  • Agriculteurs exploitants : 4 680
  • Artisans, commerçants, chefs d’entreprise : 7 543
  • Cadres et professions intellectuelles : 9 366
  • Professions intermédiaires : 23 838
  • Employés : 33 049
  • Ouvriers : 27 755

En 10 ans, la population active n'a que très légèrement baissé (-1268 personnes).

B - Principales caractéristiques de l’économie

Même si le secteur tertiaire est aujourd'hui prédominant, l'agriculture et l'agro-alimentaire restent des moteurs de la vie économique du département. L’industrie est, quant à elle, marquée par les contrastes entre le dynamisme de certaines entreprises technologiques et la récession qui affecte des secteurs plus traditionnels.

L’économie résidentielle, tournée vers la satisfaction des besoins des populations locales, est globalement plus présente qu’au niveau national (59 % des emplois contre 52 %) et structure tous les bassins de vie situés à l’est de l’autoroute A 20.

L’importance de cette économie et la structure des entreprises, plutôt de petite taille (80 % des entreprises ont moins de 10 salariés), sont le gage d’une moindre sensibilité aux aléas conjoncturels. A l’inverse, leur dynamique est davantage affectée par les perspectives de vieillissement démographique.

Secteur primaire

L'agriculture façonne près de 40 % du territoire corrézien et la foret en occupe 45 %, ce qui conforte la ruralité du département.

Si le nombre d'exploitations continuent de diminuer (-2,1% sur 10 ans) le monde agricole représente encore près de 10% de la population active contre 3,3 % au niveau national.

La taille des exploitations reste modeste (les trois quarts d’entre elles font moins de 50 hectares) mais le métier d'agriculteur se professsionnalise (78 % des exploitants de moins de 40 ans sont bacheliers).

L’agriculture corrézienne se caractérise par le poids économique des productions animales (77 % de la production agricole), bien supérieur à la moyenne nationale (41 %).

L’élevage de veaux de boucherie, de broutards et de gros bovins finis fournit 57 % du chiffre d’affaires de la branche agricole. Au total, le cheptel de la Corrèze ne compte pas moins de 316 000 têtes de bovins, essentiellement de race limousine. Le reste de la production animale concerne les porcins, les ovins, les caprins et les palmipèdes.

La production végétale ne représente que 23 % du chiffre d’affaires agricole du département (contre 59 % en moyenne nationale). Les cultures fourragères (plantes sarclées, maïs, prairies temporaires) dominent en occupant 77 % des surfaces cultivées.

Viennent ensuite les céréales et des productions plus secondaires telles que le tabac, les pommes de terre, les légumes et fruits frais (fraises de Beaulieu, framboises du bas pays de Brive, noix, pommes golden de la région d’Objat et de Lubersac). Enfin, quelques vignobles produisent des vins régionaux (vin de Branceilles).

Les surfaces boisées représentent plus de 45 % du territoire du département. Leur exploitation, quoique gênée par le morcellement des parcelles, permet de produire plus de 900 000 m3 de bois rond, et de faire vivre près de 85 entreprises. Les plus importantes scieries sont implantées à Egletons, Bugeat, Sornac et Neuvic.

Secteur secondaire

Trois grands pôles de compétences et de développement se dégagent : la filière bois, le pôle « mécanique de précision » et l’agroalimentaire.

De grandes entreprises constituent les piliers de l’industrie corrézienne, aux côtés d’un important tissu de petites et moyennes entreprises.

L’industrie du bois est largement localisée en Haute-Corrèze et la mécanique de précision et la métallurgie sur les arrondissements de Tulle et Brive. Cette filière bénéficie d'un important savoir-faire et les restructurations effectuées ont permis de maintenir la plupart des emplois. Cependant, elle reste très dépendante d'un très petit nombre de donneurs d'ordre.

Le dynamisme du bassin de Brive repose, outre la mécanique et la métallurgie,  sur des secteurs d’activité aussi divers que l’électronique, l’industrie cosmétique qui progresse de façon régulière et l’industrie agroalimentaire  ou la logistique.

Enfin, l’artisanat demeure encore très présent en Corrèze, sa densité est sensiblement supérieure à celle constatée au niveau national (80 % des entreprises comptent moins de 10 salariés). L’un des enjeux de l’artisanat réside dans sa capacité à transmettre ses entreprises dont les dirigeants sont en fin de carrière.

Secteur tertiaire

Le poids du secteur tertiaire dans le département (70,8 % des actifs) reste inférieur à la moyenne nationale (près de 75 %), malgré une augmentation des services à la personne.

Les services aux particuliers, notamment les services administratifs, y sont toutefois importants et concentrés sur Tulle (préfecture, cité administrative, conseil général, sécurité sociale, mutualité sociale agricole…).

En matière de services à la personne, les disparités sont fortes entre les centres urbains et les campagnes où l’offre de services tend à se réduire (Millevaches, Xaintrie, plateau sud-est de Tulle), l’âge des résidents pouvant être un facteur aggravant. Touchant avant tout les commerces les plus vitaux (boulangerie, supérette…), cette moindre accessibilité peut nuire au développement de l’économie résidentielle et touristique et ainsi constituer un frein au maintien et à l’accueil des populations.

Les activités liées à la formation offrent une grande variété, allant de l’enseignement supérieur aux filières spécialisées : IUT de maintenance, GIE formation, école de gendarmerie, lycées agricoles de Neuvic et Objat, école forestière de Meymac, institut supérieur de management du bois à Tulle (ISMIB), école de commerce à la CCI de la Corrèze, centres de formation des apprentis, un pôle de formation reconnu en matière de BTP à Egletons : avec le lycée Pierre Caraminot, le GRETA de Haute-Corrèze, l’école d’application aux métiers des travaux publics, le département de génie civil de l’IUT, le centre de formation continue Sylvain Joyeux, l’AFPA d’Egletons.

Le tourisme

Le chiffre d’affaires annuel des hébergements marchands représente 31 994 832 € répartis entre les 89 campings, les 41 villages vacances et gîtes ruraux, les 118 hôtels de tourisme et les 92 chambres d’hôtes.

La Corrèze présente une offre touristique très diversifiée : des églises classées, des châteaux médiévaux, des musées, dont le plus connu est celui du président Jacques Chirac, des festivals tels que les Nuits de Nacre à Tulle, les festivals du château de Sédières et de la Vézère, des marchés de pays et des foires agricoles.

Par ailleurs, les Haras de Pompadour offrent plusieurs spectacles estivaux.

La Corrèze c’est aussi 40 plans d’eau aménagés pour pratiquer la baignade, la voile, le ski nautique et l’aviron, 175 km de parcours de canoê-kayak, 5000 km de rives pour la pêche, plus de 1000 km d’itinéraires de randonnée pédestre et près de 350 km de pistes équestres.

C - Natura 2000

Dans le cadre de ce réseau écologique européen, la valeur patrimoniale des principaux espaces naturels remarquables de la Corrèze a été reconnue à travers le classement de 16 sites relevant de la directive « habitats » et de deux sites relevant de la directive « oiseaux »  représentant 9,5% du territoire du département soit plus de 50 % des zones Limousines.

Directive « habitats » :

  •  Tourbière de Négarioux-Malsagne
  •  Landes et zones humides de la Haute-Vézère
  •  Gorges de la Vézère autour de Treignac
  •  Forêt de la Cubesse
  •  Tourbières et fonds tourbeux de Bonnefond-Péret Bel Air
  •  Landes et hêtraies des Monédières
  •  Vallée du ruisseau du Moulin de Vignols
  •  Vallée de la Vézère d’Uzerche à la limite du département de la Dordogne
  •  Vallée de la Montane vers Gimel
  •  Ruisseaux de la région de Neuvic
  •  Causse corrézien
  •  Abîme de la Fage
  •  Landes et pelouses du sud corrézien
  •  Vallée de la Dordogne
  •  Vallée de la Cère (site interdépartemental piloté par la préfecture du Lot)
  •  Haute vallée de la Vienne (site interdépartemental piloté par la préfecture de la Haute-Vienne)

Directive « oiseaux » :

  • Plateau de Millevaches
  • Gorges de la Dordogne.