Espèces indigènes

 
 

Une espèce est définie comme indigène à une région ou un écosystème lorsque sa présence dans cet environnement est le résultat d’un processus naturel, soit sans intervention humaine.

La liste des espèces indigènes susceptibles d’occasionner des dégâts est établie par l’arrêté ministériel du 3 juillet 2019 pris pour l’application de l’article R. 427-6 du code de l’environnement.

Selon cet arrêté, font partie de ces espèces sur tout le territoire de la Corrèze :

  • La martre ;
  • Le renard ;
  • La corneille noire ;

Le geai des chênes est classé comme espèces indigènes susceptibles d’occasionner des dégâts seulement dans les cantons d’Allassac, d’Uzerche et d’Yssandonnais et dans les communes suivantes : Beaulieu-sur-Dordogne, Bilhac, Branceilles, Brivezac, La Chapelle-aux-Saints, Chauffour-sur-Vell, Collonges-la-Rouge, Curemonte, Ligneyrac, Marcillac-la-Croze, Meyssac, Noailhac, Nonards, Puy-d’Arnac, Queyssac-les-Vignes, Saillac, Saint-Bazile-de-Meyssac, Saint-Julien-Maumont, Sioniac, Turenne et Végennes.

La pie bavarde est classée comme espèces indigènes susceptibles d’occasionner des dégâts seulement dans les cantons d’Allassac, d’Uzerche et d’Yssandonnais.

Concernant les modalités d’application du droit de destruction, celles-ci varient en fonction des espèces et sont à consulter dans l’arrêté ministériel du 3 juillet 2019.

Arrêté ministériel du 3 juillet 2019