Destruction et chasse

 
 

  

À ne pas confondre avec la pratique de la chasse, le droit de destruction s’exerce selon un régime particulier. En effet, c’est un moyen de défense contre les dommages provoqués par certaines espèces animales. Ce droit ne s’exerce que selon certaines modalités déterminées par le préfet. Ainsi, même si les ESOD peuvent parfois être des espèces chassables et que les méthodes peuvent être équivalentes, le droit de destruction se distingue bien de la pratique de la chasse.

L’exercice du droit de destruction est une pratique personnelle et ne peut donc par être réalisé en faisant appel à des traqueurs ou tireurs. Le concours d’autres personnes à l’exercice de ce droit effectué sans qualité ou délégation est également considéré comme un acte de chasse.