Charte pour une arboriculture « Pomme du Limousin » mieux intégrée à son environnement

 
 
Haie plantée le long d'un verger

Le 20 mars 2017 a été signée une charte engageant les pomiculteurs de l'AOP "Pomme du Limousin" dans une démarche d'amélioration de leurs pratiques pour les traitements phytosanitaires, en vue notamment de protéger les riverains des vergers.

Un contexte de tensions locales entre riverains et producteurs

Sous l’égide de l’État et suite aux conflits locaux récurrents (plaintes des riverains concernant le non respect de la réglementation sur l’épandage des produits phytosanitaires sur les vergers), un groupe de travail, animé par le sous-préfet de Brive-la-Gaillarde, puis par le directeur-adjoint de la DDT de Corrèze, a abouti à un accord original.

Les producteurs de pommes situés sur le territoire de l’appellation d'origine protégée (AOP, située sur les départements de Corrèze, Dordogne et Haute-Vienne principalement), représentés par le syndicat de défense de l’AOP, porteur de la démarche, et les coopératives pomicoles, s’engagent à prendre en compte la présence des riverains dans leurs pratiques : pas de traitement les dimanches et jours fériés sauf cas de force majeure, plantation d’une haie pour empêcher la dérive des produits épandus vers les parcelles riveraines bâties notamment.

D'autres actions ont été mises en place : création d’une cellule de médiation pilotée par l’État (DDT) pour régler les cas conflictuels sur le terrain, installation de manches à air pour faire de la pédagogie sur la force du vent lors des traitements, et rédaction d’une charte engageant les parties.

Les élus ont été associés dès le début aux discussions, puisque les maires sont les premiers à être alertés des conflits sur leur territoire. Les associations des maires de Corrèze et de Haute-Vienne ont donc signé la charte, en présence des 3 présidents des départements concernés (Corrèze, Dordogne et Haute-Vienne), et du préfet de la Corrèze.

Les signataires de la charte

Pour les producteurs : Syndicat de défense de la Pomme du Limousin, Cooplim, Limdor, Meylim, SICA du ROSEIX, Coopérative fruitière de Pompadour

Pour les associations : ONGF Allassac, Alerte des médecins sur les pesticides, Phyto-Victimes

Pour les élus : Association des maires de Corrèze et de Haute-Vienne

La cellule de médiation

La cellule de médiation peut être saisie par mél de toute difficulté entre un producteur et un riverain. Sous l'égide de la direction départementale des territoires, elle réunit un représentant des producteurs, un représentant des associations de défense des riverains et le maire de la commune concernée.